• Le11.juin.2018 // Les Crises

Des membres du Congrès US interpellent le gouvernement ukrainien sur la glorification des Nazis

Le Congrès à Washington: opposez-vous au négationnisme de Kiev et de Varsovie

Source : The Times of Israël et Jewish Telegraph Agency, le 25 avril 2018.

Plus de 50 élus signent une lettre bipartisane appelant le Département d’Etat à prendre position contre la xénophobie d’Etat

 

Un panneau aux abords d’un hôtel à proximité de Wroclaw, en Pologne, spécifie que l’entrée est interdite aux Juifs, aux communistes, et à tous les voleurs et traîtres de la Pologne. (Crédit : Sebastian Karbowiak via the Anti-Defamation League)

Plus de 50 membres du Congrès américain ont signé une lettre bipartisane appelant le Département d’État à prendre position contre la négation de l’Holocauste et l’antisémitisme soutenu par l’État en Ukraine et en Pologne.

La lettre, datée de lundi et adressée à John Sullivan, le secrétaire d’Etat adjoint, a été rendue publique mercredi. Les représentants démocrates Ro Khanna de Californie et David Cicilline de Rhode Island ont co-rédigé la lettre.

« Nous vous exhortons à vous joindre à nous et aux organisations de défense des droits de l’Homme pour lutter contre l’antisémitisme, la xénophobie et toutes les formes d’intolérance en appelant les gouvernements polonais et ukrainien à rejeter sans équivoque la déformation de l’Holocauste et à honorer les collaborateurs nazis. », lit-on dans la lettre, qui demande également au Département d’État de « détailler les mesures prises par le gouvernement des États-Unis pour surveiller les cas de déformation de l’Holocauste et s’assurer que les États-Unis ne soutiennent ni ne financent l’antisémitisme. »

« En tant que membres du Congrès des États-Unis, nous avons toujours soutenu la volonté de la Pologne et de l’Ukraine de bâtir des nations démocratiques. Cependant, nous sommes profondément préoccupés par le fait que la montée de l’antisémitisme et le déni du passé vont entraver le développement démocratique de ces pays et empêcher la Pologne et l’Ukraine de devenir des sociétés libres et ouvertes pour tous leurs citoyens, juifs et non-juifs », s’inquiète également la lettre.

Les membres du Congrès notent que les évolutions en Pologne et en Ukraine font suite à « une augmentation de la glorification des responsables de l’ère de l’Holocauste à travers l’Europe, y compris la Hongrie, la Slovaquie, la Roumanie et les Etats baltes. C’est une tendance troublante qui doit susciter une forte réaction de notre gouvernement. »

La lettre insiste sur la nouvelle loi polonaise sur l’Holocauste adoptée en février qui criminalise le fait de tenir pour responsable la Pologne pour les crimes nazis, qui est en cours de révision constitutionnelle, ainsi que les lois dites mémorielles de l’Ukraine qui glorifient les collaborateurs nazis et criminalisent le fait de nier leur soi-disant héroïsme. Selon la lettre, les personnes et les groupes que ces lois désignent ont collaboré avec les nazis et portent la responsabilité du meurtre de milliers de Juifs, de 70 000 à 100 000 Polonais et d’autres minorités ethniques entre 1941 et 1945.

Le déni de l’Holocauste et l’antisémitisme en Pologne et en Ukraine ont été condamnés par le US Holocaust Memorial Museum, le Centre Simon Wiesenthal, la Coalition nationale soutenant la communauté juive eurasienne, le Congrès juif mondial, Yad Vashem et le gouvernement israélien, selon la lettre.

La lettre a également appelé le Département d’État à nommer un envoyé spécial chargé de surveiller et de combattre l’antisémitisme, un poste qui est resté vacant pendant plus d’un an, bien que la loi l’ait mandaté à le faire.

« Plus ce poste, qui a une portée mondiale, n’est pas pourvu, plus cela envoie le message que les Etats-Unis toléreront l’antisémitisme et le déni de l’Holocauste », indique la lettre. « En outre, le bureau du Département d’Etat pour surveiller et combattre l’antisémitisme n’a plus assez de personnel depuis le 1er juillet. »

Un porte-parole du département d’Etat au début du mois a déclaré au JTA que la lutte contre l’antisémitisme reste une « priorité » pour l’administration Trump.


Ukraine : un monument dédié aux victimes juives de la Shoah vandalisé

Source : Times of Israël, le 16 février 2018.

Le nombre d’attaques antisémites recensées en Ukraine en 2017 dépassait le nombre total d’incidents de ce type dans toute l’ex-Union soviétique

 

De vieilles tombes juives usées par le temps au dessus du tombeau de Nathan, le disciple du rabbin Nachman à Bratslav, en Ukraine, le 10 mai 2017 (Crédit : Sue Surkes)

Un monument en Ukraine, dédié aux Juifs assassinés durant l’Holocauste a été vandalisé par des individus non identifiés, ils ont peint une croix gammée et le symbole de l’unité d’élite nazie des Waffen SS.

L’incident s’est produit plus tôt ce mois dans la ville de Ternopil, située à environ 100 km à l’est de la ville de Lviv en Ukraine occidentale, a écrit dans un post Facebook, Eduard Dolinsky, le directeur du Comité juif ukrainien.

Le mois dernier, le ministère des Affaires de la diaspora a publié un rapport indiquant que le nombre d’attaques antisémites recensées en Ukraine en 2017 dépassait le nombre total d’incidents de ce type dans toute l’ex-Union soviétique.

Plus de 130 incidents ont été enregistrés en Ukraine l’année dernière, soit deux fois plus qu’en 2016.


Ukraine : Éloge d’Hitler et salut nazi avec ses élèves

Source : Times of Israël, le 24 avril 2018.

Le chef de la communauté juive a déclaré que “l’inaction du gouvernement” a mené à une augmentation des incidents antisémites

 

Des militants d’extrême-droite défilent à Lviv, en Ukraine,arborant l’uniforme de la 14ème division des Grenadiers Waffen SS, unité d’élite nazie qui comprenait de nombreux ukrainiens ethniques du 1er Galicien (Capture d’écran : YouTube)

Une enseignante d’une école publique en Ukraine aurait posté des voeux d’anniversaire à Adolf Hitler sur Facebook et aurait appris à ses élèves le salut nazi.

Marjana Batjuk, qui enseigne dans une école de Lviv et qui fait également partie du conseil municipal de la ville a publié ces voeux d’anniversaire le 20 avril, date de naissance du leader nazi, a expliqué à JTA Eduard Dolinsky, directeur du comité juif ukrainien, qui a qualifié cet incident de « scandale ».

Batjuk a également fait rencontrer à certains de ses élèves des militants d’extrême-droite qui, durant le week-end, ont défilé le long des rues de la ville en arborant l’uniforme de la 14ème division des Grenadiers Waffen SS, une unité nazie d’élite qui comprenait également de nombreux ukrainiens ethniques combattant au sein du 1er Galicien.

Montrer des images nazies en Ukraine est illégal mais Dolinsky a déclaré que les autorités chargées de l’application de la loi avaient autorisé les militants à parader dans les principales artères de la municipalité.

Batjuk a fait présenter aux militants leurs répliques d’armes, exhibées en amont d’un événement plus important organisé en l’honneur de l’unité du 1er Galiciens programmée la semaine prochaine à Lviv.

Les événements honorant cette unité SS du 1er Galicien sont indépendants des autorités municipales.

Batjuk, 28 ans, membre du parti d’extrême-droite Svoboda, avait qualifié Hitler de « grand homme » et cité une phrase de son livre « Mein Kampf » dans son post publié sur Facebook, a dit Dolinsky. Elle a plus tard affirmé que son compte Facebook avait été piraté et elle a supprimé la publication mais le site d’information Strana a établi que ce n’était pas la première fois qu’elle postait des imageries nazies sur les réseaux sociaux.

Elle a également publié des photos qui, selon elle, présentaient ses élèves faisant le salut nazi à ses côtés.

Dolinsky a qualifié la vénération de ces soldats SS qui, selon certains historiens, ont participé aux atrocités commises contre les Juifs et contre les Polonais de « profanation scandaleuse de la mémoire des victimes ».

Des responsables du ministère ukrainien de l’Education ont lancé une enquête disciplinaire à l’encontre des actes de l’enseignante, a fait savoir le site local KP.

De plus, dans la ville de Poltava, dans l’est de l’Ukraine, Dolinsky a déclaré qu’une croix gammée et les mots « Heil Hitler » avaient été peints à la bombe vendredi sur un monument en mémoire aux victimes de l’Holocauste. Les voyous, qui n’ont pas été identifiés, ont également écrit « mort aux youpins ».

A Odessa, un gros graffiti disant « les Juifs à la mer » a été écrit sur le mur d’entrée d’un hôtel.

« Le facteur commun entre tous ces incidents est l’inaction du gouvernement, ce qui garantit qu’ils continueront à avoir lieu », a commenté Dolinsky.

Nous vous proposons cet article afin d'élargir votre champ de réflexion. Cela ne signifie pas forcément que nous approuvions la vision développée ici. Dans tous les cas, notre responsabilité s'arrête aux propos que nous reportons ici. [Lire plus]