Chers lecteurs, chères lectrices,

4 676 071 euros : c’était la rémunération moyenne d’un patron du CAC40 en 2017.

Un montant en hausse de 7,8% d’une année sur l’autre, alors que les dépenses par salarié n’ont augmenté que de 1,8%, quatre fois moins.

4 676 071 euros, c’est aussi environ 263 SMIC.

Les rémunérations des dirigeants de Sanofi ou L’Oréal flirtent avec les 10 millions. Ceux de LVMH et Renault ne sont pas très loin derrière.

Si l’on mesure la différence entre rémunération patronale et dépenses moyennes par salarié, les entreprises françaises les plus inégalitaires sont, comme en 2016, Carrefour, Sodexo et Renault.

Il faudrait 251 ans pour un salarié de Carrefour pour gagner autant que son PDG. Ceci dit, en 2016, il en aurait fallu 440.

Tels sont quelques uns des enseignements d’un nouvel article publié ce jour (à lire ici) en avant-goût de notre « véritable bilan annuel » des entreprises françaises (plus de détails sur ce projet ici).

4 676 071 euros, c’est aussi accessoirement plus de dix fois le budget de l’association Alter-médias, qui publie l’Observatoire des multinationales, mais aussi le site Basta ! et le Portail des médias libres.

Pour garantir notre capacité à mener ce travail indépendant d’analyse, de veille et d’investigation sur les grandes entreprises, le soutien financier de ceux de nos lecteurs qui le peuvent est essentiel.

  • Soutenez l’Observatoire des multinationales en faisant un don simple de 50 € (17 € après défiscalisation), ou toute autre somme à votre convenance

 

Un grand merci à tous pour vos soutiens et partages,

L’équipe de l’Observatoire des multinationales


Rappel des enquêtes liées à notre véritable bilan annuel des grandes entreprises françaises publiées ces dernières semaines

 Le CAC et ses milliardaires

 Le CAC40 en a-t-il vraiment fini avec le charbon ?

 Le CAC40 en 2017 : plus de 16 000 filiales, dont 15% dans des paradis fiscaux

 Dans les entreprises du CAC 40, le pouvoir reste aux mains des hommes

 LVMH, Kering, Hermès, Chanel : pas de « ruissellement » pour les profits record du luxe français

 Une haute fonction publique-privée à la française : près de la moitié du CAC40 a un patron issu des grands corps de l’État

 Les chiffres 2017 sur les dividendes versés par le CAC40 à ses actionnaires : plus de 47 milliards d’euros, à quoi s’ajoutent plus de 8 milliards d’euros de rachats d’actions.

 Une analyse des dépenses de lobbying déclarées par les entreprises du CAC40 en 2017 : environ 60 millions d’euros affichées à Paris, à Bruxelles et à Washington.

 Une enquête sur le phénomène de la concentration.