Visé par une plainte d’Anticor, Alexis Kohler passe malgré lui de l’ombre à la lumière

PORTRAIT Une enquête a été ouverte sur un possible conflit d’intérêts…

N.R. avec AFP

Publié le 04/06/18 à 18h27 — Mis à jour le 04/06/18 à 18h27
Emmanuel Macron et Alexis Kohler.
Emmanuel Macron et Alexis Kohler. — Jacques Witt /SIPA/SIPA
  • Le principal collaborateur d’Emmanuel Macron se voit reprocher ces liens avec MSC, un croisiériste client de l’entreprise STX dont il a été administrateur.
  • Le chef de l’État se montre élogieux à son sujet.
  • Alexis Kohler est loin d’être une personnalité médiatique.

Alexis Kohler a « pris note » de la plainte déposée contre lui par Anticor, a indiqué l’Elysée ce lundi. Soupçonné par l’association d’avoir confondu intérêts familiaux et intérêt public dans le dossier STX France – suite à plusieurs articles de Mediapart - le secrétaire général de l’Elysée se retrouve en pleine lumière. Alors que son rôle médiatique se limitait à la lecture des noms des ministres au moment de la formation du gouvernement d’Edouard Philippe, c’est désormais sur lui que se porte l’attention.

Jusqu’à présent, cet Alsacien de 45 ans avait suivi un parcours très classique : diplômé de l’ENA en 2000, quatre ans avant Emmanuel Macron, il entame son parcours de haut fonctionnaire à Bercy à la direction du Trésor. Suivent plusieurs expériences internationales (FMI notamment), puis un passage à l’Agence des participations de l’État (APE), l’entité qui représente l’État actionnaire dans les entreprises.

« Il est plus intelligent que moi »

C’est en 2012 que sa carrière prend une tournure plus « politique » : il intègre le cabinet de Pierre Moscovici, alors ministre des Finances. « Il est agréable, pondéré, courtois, c’est un homme dont les relations humaines avec les autres sont faciles, expliquait il y a un an l’ancien ministre de François Hollande. Il a beaucoup de sang-froid ». C’est à partir de ce moment-là qu’Alexis Kohler commence à côtoyer Emmanuel Macron, qui est alors conseiller de François Hollande.

Les deux énarques se trouvent vite des affinités. A tel point qu’Emmanuel Macron décide de le nommer chef de son cabinet en 2014, lorsqu’il débarque au ministère de l’Economie. Il s’appuie également sur lui au moment de la campagne présidentielle. Le chef de l’État n’est pas avare de compliments envers son bras droit. Il aurait un jour déclaré : « Il est plus intelligent que moi », rapporte Le Figaro. « C’est le seul qu’Emmanuel Macron écoute vraiment », abonde un proche du président, cité par l’AFP en 2017.

L’affaire STX

Pendant toutes ces années passées au cœur du pouvoir, Alexis Kohler a eu affaire au dossier STX. En 2010, il fait partie des administrateurs de cette société qui possédait les chantiers navals de Saint-Nazaire. Or, il se trouve que sa mère, Sola Hakim, est la cousine germaine de Rafaela Aponte. Cette famille italienne, rappelle Mediapart, est « fondatrice et principale actionnaire » de la société MSC, principale cliente de STX.

A l’été 2016, Alexis Kohler obtient pourtant le feu vert de la commission de déontologie pour rejoindre… MSC, en tant que directeur financier, un poste qu’il occupera quelques mois. Or, selon Mediapart, cette commission ignorait tout des liens familiaux du secrétaire général de l’Elysée. « La nature du lien que j’ai entretenu avec MSC importe peu, affirmait-il à l’Express en juillet 2017. Ce qui compte, c’est que je ne traite plus du sujet ». C’est désormais au parquet national financier (PNF), qui a ouvert une enquête ce lundi, de voir si le discret Alexis Kohler n’a pas franchi la ligne jaune.