« Le destin, indique l'auteur de l'article, le déterminisme et l'autonomisation humaine sont les principaux thèmes de l'histoire, avec la capacité d'un homme à modifier l'avenir d'une race entière à la pointe de son exploration. John Connor est investi d'une responsabilité inimaginable qui détermine l'avenir de chacun, avec la capacité de modifier la vie de chaque humain né sur ses traces, un peu comme son homologue biblique. Il montre l'humanité survivant contre l'assaut du produit de sa propre invention... »

Reprenons la lecture de Terminator...

Michel Peyret


Terminator, la bible et la fin des temps

par Robin des villes(son site)
jeudi 17 mai 2018

 

Cela pourrait très bien être involontaire, mais les scénarios des films Terminator et Terminator 2 évoquent symboliquement la conception de Jésus et la lutte pour sa survie. La conception quelque peu immaculée par Sarah Connor avec un homme du futur, suivie par des tentatives de tuer l'enfant destiné à devenir le sauveur de l'humanité, ont des connotations bibliques plutôt solides.

Le Terminator (1984) et ses suites sont l'histoire d'un monde qui en arrive à la fin des temps. Il y est présenté le Jour du Jugement où les machines gagnent en intelligence et livrent une guerre contre l'humanité, mettant fin à trois milliards de vies en un seul coup le 29 août 1997. Les survivants se battent sans fin contre les machines et "SkyNet", l'ordinateur qui les contrôle. Les terminators sont envoyés dans le temps pour détruire John Connor, le leader de la résistance humaine, et sa mère, Sarah Connor, avant même que John ne puisse être conçu. Sans lui, croient-ils, les humains n'ont aucune chance de survie.

Ce que nous observons dans dans ce film majeur de la science-fiction est un récit de l'Annonciation du Nouveau Testament ; l'histoire de la nativité revue par James Cameron. Explorant les points de l'intrigue de base de Terminator, nous trouvons un rebelle du futur visitant une femme pour l'avertir qu'elle donnera naissance à un Messie politique capable d'apporter le salut à toute l'humanité. Bibliquement, l'Archange Gabriel fait ce récit à la Vierge Marie en ce qui concerne Jésus. Dans Terminator, l'histoire commence lorsque Kyle Reese (Michael Biehn), un soldat envoyé à travers le temps pour protéger John Connor, se rend en 1984 pour avertir Sarah Connor (Linda Hamilton) qu'elle donnera naissance un jour à John Connor, chef des rebelles et sauveur de l'humanité. Pour qu'il naisse, il faut la protéger d'un cyborg (Arnold Schwarzenegger) envoyé dans le temps dans le but de l'éliminer.

Alors que la Vierge Marie est tombée enceinte à la suite de sa présentation à Gabriel, Sarah Connor suit le schéma en tombant amoureuse et en s'imprégnant du surnaturel Kyle Reese. Kyle devient alors le père du messie qu'il est venu protéger, et Sarah porte l'enfant qu'elle a deviné. Comme la naissance de Christ a eu lieu dans le contexte d'une guerre menaçante, de même que la naissance de John Connor, dont le futur est déjà peint avec le sang des batailles, il consacrera sa vie au combat. Ses initiales, JC, ne sont certainement pas une coïncidence. Il libérera l'humanité de l'esclavage par les machines. Pendant ce temps, le Terminator tue tous ceux qui s'interposent entre eux et Sarah, comme le massacre des innocents de Bethléem.

La suite, Terminator 2 : Le Jugement dernier (1991), poursuit l'histoire messianique avec la naissance de John Connor (Edward Furlong), vivant à l'âge de dix ans avec sa mère, qui a été transformée en radicale. Son protecteur est l'unité Terminator originale envoyée pour tuer Sarah, et un nouveau cyborg mis à jour (Robert Patrick) a été envoyé. Ce Terminator est capable d'imiter tout ce qu'il touche et peut transformer sa forme. Son apparition marque le début d'une bataille entre le bien et le mal qui reflète la fuite de la famille biblique en Égypte, où Joseph, Marie et Jésus s'enfuirent après avoir appris que le roi Hérode avait l'intention de tuer tous les enfants dans leur région. Les enjeux du bien contre la bataille du mal sont élevés ; ils déterminent le droit d'une espèce à exister.

Cette allégorie religieuse est un sous-texte constant du récit de Terminator et peut-être plus encore de Terminator 2 . Le destin, le déterminisme et l'autonomisation humaine sont les principaux thèmes de l'histoire, avec la capacité d'un homme à modifier l'avenir d'une race entière à la pointe de son exploration. John Connor est investi d'une responsabilité inimaginable qui détermine l'avenir de chacun, avec la capacité de modifier la vie de chaque humain né sur ses traces, un peu comme son homologue biblique. Il montre l'humanité survivant contre l'assaut du produit de sa propre invention.

Le leadership de John Connor en est un de prévoyance. Il a une histoire et des informations qui lui permettent de savoir ce qui va se passer. Il a simplement besoin de gens pour écouter. De cette façon, il jette de nouveau l'ombre sur Jésus en tant qu'homme que beaucoup ont hâte de suivre, mais dont le radicalisme détourne les autres. C'est un concept encore plus exploré dans les derniers films et séries télévisées de Terminator , mais qui trouve sa place dans les deux premiers films.

Même Terminator 3 : Le Soulèvement des machines (2003) explore le chemin de l'histoire de Jésus. Dans celui-ci, le Terminator porte le cercueil de John Connor comme s'il reflétait la procession à la tombe de Jésus. John est finalement mis dans un abri anti-bombe et protégé de la bataille tandis que la Terminator (Kristanna Loken) est une figure satanique dont les actions imitent l'apocalypse du Livre des Révélations.

Les nuances religieuses ont été analysées à travers les films de James Cameron, de True Lies (1994) à Avatar (2009). Mais tandis que Terminator et ses suites peuvent établir des parallèles bibliques au niveau littéraire, leur message n'est pas en tandem avec les actions de Jésus. John Connor ne se sacrifie pas d'une manière qui rappelle le Christ. Le message de Terminator est plus basique - les humains contiennent la violence et la compassion à parts égales, et le résultat de notre futur dépend de nous.