« Ces réformes Macron, indique Stéphane Beaud, de l’université et du bac témoignent d’une profonde volonté de rupture avec la trajectoire historique très singulière de la France. Celle-ci était éminemment liée au fait qu’il y a eu ce compromis fordiste, lié à la guerre, un compromis de classe avec des élites politiques et économiques qui, pour une part, ont connu des ouvriers sur le champ de bataille ou dans la résistance. Historiquement, elles ont dû respecter et rendre hommage à la résistance communiste, aux cheminots, etc. Mais depuis trente ans, une partie de nos élites a fait sécession, n’a plus du tout cet héritage-là en tête. Nous sommes effectivement dans une société beaucoup plus violente, où il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne réussissent pas. Et ceux qui ne réussissent pas, on estime que « c’est de leur faute ». La start-up nation dessinée par Macron, c’est sans doute assez « ça ». C’est inquiétant… »

Reprenons la lecture de l'entretien avec Stéphane Beaud...

Michel Peyret


ENTRETIEN 

Les enjeux cachés de la réforme du bac

 in Alternatives économiques

 15/02/2018 

Stéphane Beaud

Professeur de sociologie à l'université de Poitiers, membre du Gresco

La réforme du baccalauréat est sur les rails.

Mercredi, en conseil des ministres, Jean-Michel Blanquer a présenté les grandes lignes de son texte, qui aboutira notamment à la suppression des séries S, ES et L. Le sociologue Stéphane Beaud, professeur à l’université de Poitiers, commente les orientations prises par le gouvernement et leur impact potentiel sur les sciences économiques et sociales (SES).

Que pensez-vous de la réforme du baccalauréat, présentée par Jean-Michel Blanquer mercredi ?

Sur la forme, la « méthode Macron », qu’on voit à l’œuvre dans la réforme de l’université comme dans celle du bac, est fondée sur un seul principe : aller vite, frapper fort, provoquer un effet de souffle tout en soignant bien la « com » auprès de l’opinion publique pour se la mettre dans la poche. « Impérativement réformer en un an, dit-on, c’est la seule solution pour un quinquennat », etc.

Par ailleurs, l’enjeu caché de la réforme du bac pourrait bien être budgétaire : quand on pourra faire les comptes (le plus tard possible, bien sûr), on s’apercevra sans doute que cette réforme est aussi porteuse de baisse du nombre d’heures enseignées, avec des effets directs sur le nombre de postes au concours de recrutement d’enseignants.Or, il faut bien dire que, pour des affaires aussi complexes que le système d’enseignement, prendre du temps est nécessaire. Cette manière de mener les réformes scolaires comme un Blitzkrieg est absurde et contre-productive. D’une part, elle fait fi des formes d’intelligence collective qui pourraient être mobilisées dans le monde enseignant : on oublie toujours la richesse d’expérience professionnelle qui existe en son sein. D’autre part, elle conduira – on peut en faire le pari – à de graves déconvenues.

Quels vont être, selon vous, les effets de cette réforme sur l’enseignement des SES et de la sociologie ?

Avant les annonces de Jean-Michel Blanquer du 14 février, on pouvait parler de « menaces » qui pesaient sur les SES. Aujourd’hui, on sait que c’est beaucoup plus que cela et bien plus grave. Non seulement les SES perdent le fait d’être une discipline qui structurait une série (ES), mais elles ont perdu leur rang au lycée. Si elles restent une des neuf disciplines en première et terminale, elles sont de fait marginalisées dans les binômes proposés.


On voit bien l’opération en cours contre les SES
, car il faut bien appeler les choses par leur nom. C’est une opération dont il faut savoir qu’elle est, depuis vingt ans, au cœur de la stratégie scolaire de l’Institut de l’Entreprise (voir les travaux de Sabine Rozier sur cette question). Elle est une véritable obsession de Michel Pébereau, l’ancien PDG de la BNP, qui se veut depuis quinze ans le « grand manitou » de la réforme de l’enseignement de l’économie au lycée.Par exemple, en première, dans ce véritable jeu de pistes qui s’annonce pour le choix des binômes de disciplines, les SES vont être fortement concurrencées par l’émergence d’une nouvelle discipline : « géopolitique et sciences politiques ». Or, les sciences politiques faisaient partie des SES (c’est même une option à l’agrégation de sciences économiques et sociales).

C’est sa « mission » : lutter contre le supposé « gauchisme » des SES 1, imposer la « science économique » des prix Nobel au lycée et introduire de la microéconomie à gogo dans l’enseignement de l’économie, de la seconde à la terminale.

Bref, cette réforme pour les SES, c’est d’une certaine manière la victoire de Michel Pébereau : enfin séparer les sciences économiques et les sciences sociales. Il s’agira sans doute, à terme, d’une part d’enseigner de la science économique standard aux futurs ingénieurs et élèves des écoles de commerce et, d’autre part, de laisser une sorte d’os à ronger (la sociologie) pour les doux rêveurs.

Or l’enseignement des SES a permis à de nombreux élèves de découvrir au lycée cette discipline paria, dont parle Pierre Bourdieu, et d’oser faire, pour les meilleurs, des classes prépas (B/L), et pour d’autres, de la sociologie en fac, pour ensuite passer les concours de travailleur social, ou d’instituteurs, etc.

En termes de culture générale, je reste persuadé qu’on a impérativement besoin de cette « troisième culture ». Et pas seulement pour les anciens ES, mais aussi pour les « scientifiques », ne serait-ce que pour savoir comment on calcule un budget, à quoi servent les impôts et les dépenses publiques, etc. Cela peut aider, par exemple, à sortir des discours formatés qu’on a en permanence à la télévision sur le monde économique et social. On le dit souvent, l’enseignement des SES, s’il n’est pas directement issu de mai 1968, s’inscrit dans l’atmosphère post-68, par exemple avec l’organisation des classes en carré, qui permettait aux élèves de discuter entre eux, et de casser la parole magistrale. Il s’agissait, à mon avis, d’une expérimentation pédagogique qui a eu beaucoup d’effets positifs.

Comment s’articule-t-elle avec la réforme de l’université en cours ?

Ce que dit la réforme de l’université en quelques mots, c’est : « On va enfin sélectionner notre public à l’université. » Sans compter que nos chers sénateurs ont cru bon tout récemment d’ajouter dans la loi ORE – et là c’est consternant et gravissime – l’obligation de lier les « capacités d’accueil » des UFR en L1 au taux d’insertion professionnelle des formations.

Les universités ne sont pas des écoles de commerce, leur rôle et leur mission sont différents. Par exemple, on dit souvent « fac de socio ou de SHS = fac à chômeurs ». Or, en me référant à ma désormais longue expérience d’enseignant, je suis au contraire frappé par le fait que beaucoup de nos anciens étudiants de fac de socio, qui ont décroché un M1 ou un M2, ont trouvé un emploi intéressant par la suite, dans le secteur social et éducatif notamment2.

Or, cette réforme laisse pendante une question centrale : que va devenir le puissant mouvement de poursuite d’études porté par la demande légitime de certification scolaire des enfants de classes moyennes et populaires ? On ne sait pas, on ne veut pas savoir, ou plutôt on fait semblant de ne pas savoir. Comme me l’a dit très justement il y a quelques jours l’une de mes doctorantes (fille d’ouvrier immigré algérien) : « Avec cette réforme, ceux qui n’ont rien auront encore moins que rien. »

Or on devrait considérer que les parcours post-bac des jeunes – dans un monde aujourd’hui si incertain et chaotique – ont le droit ne pas être rectilignes et linéaires, d’être tâtonnants, un brin sinueux. Pour le dire de manière basique, tout le monde n’a pas la chance d’avoir un père professeur de médecine et d’avoir fréquenté une ancienne école privée de Jésuites pour très tôt viser Normale sup’ (puis se retrouver à l’ENA). Et il y a aussi des « intelligences » qui peuvent se déployer en dehors de la toute petite voie royale des classes prépas et des grandes écoles.Ce qui frappe dans cette réforme jupitérienne de l’université par un Président qui n’a mis qu’un orteil à la « fac » (pour sa maîtrise de philosophie à Nanterre, à côté de sa Prep-Ena à Sciences Po), c’est la forme de cécité ou d’indifférence à la condition sociale des personnes qui ne sont pas les plus pourvues, qui n’appartiennent pas au haut du panier social. Avec un implicite ravageur : il y a les « méritants » et les autres. Je n’ai rien contre les « méritants », mais il faut toujours s’interroger sur les conditions sociales qui organisent cette bi-partition.

Un exemple : la fac de sociologie de Poitiers est bloquée, les étudiants se mobilisent « contre la sélection » et ils ont fait une banderole sur laquelle on peut lire : « On n’est pas l’élite, mais on cogite. » C’est bien trouvé. Et c’est oublié en haut lieu, du fait même du regard dominocentré de la « Macronie », qui apparaît comme un condensé de « technocratie à la française ». C’était sans doute aussi le cas sous le de Gaulle de la Ve République mais « l’esprit de la Résistance » irriguait encore l’action de bon nombre de hauts fonctionnaires. Aujourd’hui, c’est l’esprit du pantouflage (« money money ») et du marché. Autres temps, autres mœurs…


1.Thomas Piketty et moi avons montré que l’histoire des SES était méconnue de ceux qui critiquaient de la sorte la discipline. Voir «Eloge des sciences économiques et sociales».

Ces réformes Macron de l’université et du bac témoignent d’une profonde volonté de rupture avec la trajectoire historique très singulière de la France. Celle-ci était éminemment liée au fait qu’il y a eu ce compromis fordiste, lié à la guerre, un compromis de classe avec des élites politiques et économiques qui, pour une part, ont connu des ouvriers sur le champ de bataille ou dans la résistance. Historiquement, elles ont dû respecter et rendre hommage à la résistance communiste, aux cheminots, etc. Mais depuis trente ans, une partie de nos élites a fait sécession, n’a plus du tout cet héritage-là en tête. Nous sommes effectivement dans une société beaucoup plus violente, où il y a ceux qui réussissent et ceux qui ne réussissent pas. Et ceux qui ne réussissent pas, on estime que « c’est de leur faute ». La start-up nation dessinée par Macron, c’est sans doute assez « ça ». C’est inquiétant…

·        2.Et pas des emplois de « caissière », comme l’indiquait dans un commentaire très méprisant un élève de Maths spé d’un grand lycée parisien, à la fin du questionnaire qu’il avait dû remplir en classe pour une enquête de Normale Sup portant sur la baisse inquiétante des « filles » en Taupe…