23 janvier 2018

Halil Celik et Alex Lantier, conflits croissants entre puissances de l'OTAN

« Cette agression par la Turquie, nous disent les auteurs, est une escalade imprudente qui va exacerber les conflits à travers le Moyen-Orient et accroître le risque de guerre entre les grandes puissances. Avec le soutien tacite de Moscou, la Turquie attaque les YPG, la colonne vertébrale de la milice des Forces démocratiques syriennes (FDS), procuration américaine en Syrie. Le risque que cela puisse provoquer un affrontement entre les forces américaines, turques et russes et une guerre généralisée entre les États-Unis et la... [Lire la suite]
23 janvier 2018

Les surveillants des établissements pénitentiaires, le blocage

« Des agressions à répétition, indique l'article, alimentent la colère des gardiens, qui jugent leur profession dangereuse, mal payée et mal considérée. C’est l’attaque de surveillants par un détenu djihadiste à Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), le 11 janvier, qui a mis le feu aux poudres. Depuis, une série d’agressions dans plusieurs établissements du pays a ravivé le sentiment de ras-le-bol.A la veille du blocage, la situation s’est tendue dans de nombreux établissements pénitentiaires. Un surveillant et une surveillante... [Lire la suite]
23 janvier 2018

Evo Morales, l'homme fort de la Bolivie...

« Voici un livre, nous dit l'article, qui donne des clés pour comprendre la crise actuelle en Bolivie et l’irrépressible volonté d’Evo Morales d'instrumentaliser la Constitution bolivienne pour s’éterniser au Palais Présidentiel. A travers l'analyse de l'itinéraire de l’homme fort de la Bolivie, en se focalisant sur la "décennie Morales", Philippe Boulanger explique le "malentendu bolivien" qui, depuis 2005, fait l'actualité du pays... » Reprenons la lecture de l'article... Michel Peyret Conférence du Mardi 23 janvier... [Lire la suite]
23 janvier 2018

L'Humanité, Alain Freixe et le Blanqui de Gustave Geffroy

« Le livre de Geffroy, nous dit Alain Freixe, réveille Auguste Blanqui, le libère en l’arrachant aux historiens. Il le rend au politique comme stratégie du présent, laissant la voie libre aux possibles, aux bifurcations, à l’inouï de l’événement intempestif, inconditionnel, comète imprévisible dans le ciel des défaites. Oui, « il y a des traditions de l’émancipation », Jacques Rancière a raison. Auguste Blanqui en incarne un versant à reparcourir. Le livre de Gustave Geffroy est comme une main donnée, une vigueur renouée, le coup... [Lire la suite]
23 janvier 2018

Wikipedia, Louis-Auguste Blanqui, dit Auguste Blanqui, surnommé « l’Enfermé »

"Suivant le courant socialiste de l'époque, indique Wikipedia, Blanqui est favorable à la redistribution des capitaux et à la collectivisation des moyens de production, comme il l'indique dans son texte Qui fait la soupe doit la boire. Mais le blanquisme se singularise à plusieurs égards des autres courants socialistes de son temps. On ne peut pas l'assimiler au marxisme. D'une part, contrairement à Karl Marx, Blanqui ne croit pas au rôle prépondérant de la classe ouvrière, ni aux mouvements des... [Lire la suite]
23 janvier 2018

La Cimade, réfugiés, un projet d'accueil : la « Maison du migrant »

« L’objectif principal, indique la lettre au Président, de cette politique doit être de promouvoir des solutions d’accueil dignes dans tous les lieux où (sur)vivent des exilés de passage, en prenant en considération les spécificités locales et en s’engageant à soutenir les élus locaux hospitaliers. Ces lieux d’accueil peuvent éventuellement et très ponctuellement prendre l’aspect de camps de réfugiés pour répondre à l’urgence humanitaire et mettre à l’abri l’ensemble des personnes présentes. Cependant, des solutions d’accueil à... [Lire la suite]
23 janvier 2018

Stéphane Sirot, démocratie sociale, dialogue social

« La dynamisation, indique Stéphane Sirot, de la négociation collective, sa décentralisation (la loi Travail de 2016 par exemple privilégie l’accord d’entreprise) ainsi que l’hégémonie des accords « donnant-donnant » à l’équilibre précaire sur fond d’opportunités dérogatoires sont de nature à rétrécir l’espace des droits des salariés. Ce modèle favorise l’apprentissage d’un partage du pouvoir par le patronat et l’initiation aux contraintes économiques pour les syndicats. Elles sont donc propices à un rapprochement des... [Lire la suite]