"La vie est difficile pour une partie de la population cubaine, indique Roger Grévoul. Pauvreté sans nul doute, mais pas misère, pas de clochards, de sans-abris de mendiants… mais difficultés de la vie quotidienne. Autre aspect : tranquillité, sécurité… J’ai visité les deux musées nationaux réputés dans le monde pour leurs collections. Dans l’un l’exposition Beaubourg « Varda/Cuba » qui attire de très nombreux visiteurs – pas de policiers ou de militaires avec des mitraillettes, pas de fouilles systématiques. Un de mes interlocuteurs me glissait : « quand on vient à Paris on croit être dans un pays en guerre ! ». Et pour la plupart, les responsables cubains, à tous les niveaux, ne restent pas les deux pieds dans le même sabot, même si ce dernier qualificatif ne s’applique pas dans ce pays tropical ! Le Conseil des Ministres vient de se réunir et a adopté une série de mesures concrètes en matière de sécurité alimentaire, pour prévenir et minimiser les dommages causés par les effets néfastes du changement climatique, malgré les difficultés économiques du pays, des dispositions ont été prises pour garantir les activités d’éducation, de santé, de services de base à la population… "

Reprenons la lecture du texte de Roger Grévoul...

Michel Peyret


 

La lettre électronique Hebdo de Cubacoopération

Chers amis,

Comme annoncé précédemment, je vous livre quelques réflexions inspirées par mon dernier court séjour à La Havane. Tout d’abord, d’après les médias bien informés, la situation de Cuba aujourd’hui serait comparable à celle que les révolutionnaires ont héritée en 1959 « L’Ile donne l’impression que le temps s’y est arrêté ». Les vieilles voitures américaines en étant le symbole ! Elles sont en effet rutilantes, mais représentent peu en termes de transports, même si ceux-ci sont encore très insuffisants. Dès que vous vous éloignez du centre de la capitale, elles sont quasi inexistantes. Autres signes de changements, de très nombreux chantiers, petits et grands, pas seulement hôtels, mais réhabilitation de maisons, de logements…en tenant compte des difficultés pour se procurer les matières premières indispensables qui doivent s’acheter à l’étranger en devises pour un pays qui en manque…C’est ce qui est visible à l’œil nu, mais on pourrait parler de l’enseignement, de la santé, du sport, de la culture, rien à voir avec les années Batista…

La situation économique reste tendue, les responsables cubains pointent 3 raisons essentielles : la première le blocus, qui nous devons le clamer sur tous les tons s’applique inexorablement et continue à faire des dégâts dans tous les secteurs de la vie quotidienne de la population, la seconde la crise mondiale qui affecte, comme ailleurs, l’économie de l’Ile. À cela il faut ajouter un mal que les responsables cubains n’occultent pas : la situation intérieure. Je me permets de rappeler ce que le Président Raul Castro déclarait en décembre « Nous attachons une grande importance à la nécessité de renforcer les investissements étrangers à Cuba. Je reconnais que nous ne sommes pas satisfaits dans ce domaine où l’on constate des retards fréquents et excessifs dans le processus de négociation. Il faut surmonter une fois pour toutes la mentalité toujours obsolète des préjugés contre les investissements étrangers » et aussi les problèmes liés aux changements climatiques à la sécheresse, aux ouragans…

La vie est difficile pour une partie de la population cubaine. Pauvreté sans nul doute, mais pas misère, pas de clochards, de sans-abris de mendiants… mais difficultés de la vie quotidienne.
Autre aspect : tranquillité, sécurité… J’ai visité les deux musées nationaux réputés dans le monde pour leurs collections. Dans l’un l’exposition Beaubourg « Varda/Cuba » qui attire de très nombreux visiteurs – pas de policiers ou de militaires avec des mitraillettes, pas de fouilles systématiques. Un de mes interlocuteurs me glissait : « quand on vient à Paris on croit être dans un pays en guerre ! »

Et pour la plupart, les responsables cubains, à tous les niveaux, ne restent pas les deux pieds dans le même sabot, même si ce dernier qualificatif ne s’applique pas dans ce pays tropical ! Le Conseil des Ministres vient de se réunir et a adopté une série de mesures concrètes en matière de sécurité alimentaire, pour prévenir et minimiser les dommages causés par les effets néfastes du changement climatique, malgré les difficultés économiques du pays, des dispositions ont été prises pour garantir les activités d’éducation, de santé, de services de base à la population… Les assemblées de comptes rendus de mandat dont nous avons déjà fait état se poursuivent jusqu’à fin mai dans le pays. 52.480 réunions ont déjà eu lieu dans les quartiers, les villages.

Tout n’est pas parfait. La construction de cette société est une œuvre humaine, qui ne peut être exempte d’erreurs, de difficultés. Nous constatons par nous-mêmes, par les actions que nous menons sur le terrain, que la société n’est pas figée, que le peuple cubain continue de rechercher, et de mettre en œuvre les moyens les plus adaptés pour poursuivre la construction d’une société plus juste, plus humaine.

Avec nos modestes moyens, mais notre ferme volonté, nous poursuivrons notre travail de coopération avec ce peuple solidaire, fier, généreux ami de notre pays.

Uns distinction méritée !

Le 3 juin prochain, à Asnelles, le village où Gérard Pouchain est maire-adjoint, Madame Hélène Waysborg-Loing, inspecteur général honoraire de l’Education Nationale, commandeur de la Légion d’honneur et de l’Ordre National du Mérite, remettra à notre ami et actif militant de notre association, les insignes de Commandeur des Palmes Académiques. Toutes nos félicitations à Gérard et l’assurance de notre indéfectible amitié.

A demain, avec Michel Humbert, pour quelques BRÈVES.

Roger Grévoul
Président Fondateur de Cuba Coopération France
Responsable politique du site Internet et de la Lettre Hebdomadaire

Adios Hemingway, de Leonardo Padura.

par La Parafe le 11 mai 2017

Leonardo Padura est un auteur cubain contemporain, connu pour ses romans policiers. Ses œuvres mettent en scène des enquêtes criminelles, menées par le lieutenant Mario Conde dans les dédales de La Havane. A l’occasion d’une série sur le thème « Littérature et mort », il mobilise une nouvelle fois son héros retiré de la fonction policière pour reconstituer les derniers jours d’Hemingway à Cuba. Dans Adiós, Hemingway, il imagine en effet le scénario d’un meurtre dans la maison de villégiature de l’auteur américain, bâtissant une solide fiction à partir d’une réalité détaillée, qui met à l’honneur le genre littéraire qu’il a choisi.

Grand Gala de Boxe à Vitry

par Manuel Pascual le 11 mai 2017

Agriculture Coopération Cuba (2)

par Jean Louis Joachim le 10 mai 2017

Pour la 3ème journée de restitutions de la mission de novembre sur « l’autonomie alimentaire locale » à Cuba, c’est au relais de l’Ouest à Lanouée (Morbihan) que les agriculteurs(trices) du Modef* Bretagne s’étaient donnés rendez-vous ce 29 Avril.

Cette mission à la Coopérative de Production Agricole 26 Juillet (CPA 26 Juillet), dans la municipalité d’Abreus, province de Cienfuegos, a permis de faire le point sur les objectifs du programme de coopération conclu en 2014 avec le Modef, le comité Cuba Coopération France de l’Armor et la CPA.

Brèves économiques du 20 avril au 4 Mai

par Service Economique Ambassade de France à Cuba le 9 mai 2017

"Ce soir, on refait le Monde" Victor Fernandez à Radio Art Mada (4)

par Gérard le 8 mai 2017

4eme partie de l’interview de Victor Fernandez par Alain Desmarest sur Radio Art Mada.

XXème Festival du cinéma français à la Maison Victor Hugo

par Paula Lecomte le 7 mai 2017

Le Festival du Cinéma français à Cuba vient d’être inauguré. Lors de cette vingtième édition il y aura des séances dans douze salles de la capitale et onze d’autres provinces du pays. Durant plus d’un mois une cinquantaine de films seront ainsi diffusés.

La Maison Victor Hugo n’échappe pas à cette brillante initiative et offre dans sa salle Jean Lebrat une très belle programmation que nous vous invitons à découvrir ci-dessous.

Quinzaine Cuba du 13 au 28 mai à Bonneuil sur Marne

par Gérard le 6 mai 2017

...
...

Ils voulaient voir Fidel, ils n’ont pas vu Fidel

par Michel Porcheron le 6 mai 2017

Ça remonte à 1958. Avril mai. Parmi les journalistes étrangers qui commencent à débarquer plus ou moins incognito à Cuba, se trouvent deux Français. L’un est Claude Julien, envoyé spécial du quotidien Le Monde. Le second, on l’appellera pour le moment J.L. est autant journaliste à l’Express (c’est ce qu’il déclare) que (jeune) écrivain (escritor, c’est ce qu’il déclare aussi).

Eux comme les autres, ils n’ont qu’une idée : monter dans la Sierra pour aller voir Fidel Castro. Jusque- là, ils n’ont été qu’une poignée à y parvenir, Herbert Matthews (dès février 57) Enrique Meneses (pour Paris-Match) ou encore l’Argentin Masetti, entre quelques autres, un tout petit nombre.

La première étape consiste à gagner Santiago, « la capitale de la rébellion », antichambre de la Sierra. Claude Julien et J.L. y parviennent, ce qui est quand même assez aisé.

Le travail des autorités locales est –au mieux- de refouler de la région tout journaliste, cubain ou non, correspondants étrangers permanents ou envoyés spéciaux, qui auraient des velléités. Dans d’autres cas, les journalistes sont arrêtés, détenus et victimes de coups plus ou moins appuyés.

Pour le reste, gagner la High Sierra, ça relèverait plutôt du bon vouloir et de l’intérêt du staff de Fidel Castro.

Pour nos deux Français – le staff en question avait-il eu vent de leur présence à Santiago ? – « la capitale de la rébellion » fut le terminus de ce qui aurait pu être une nouvelle épopée journalistique. Terminus, tout le monde descend avant de monter de force manu militari dans des aéronefs en partance pour Haïti ou La Havane et Porto-Rico. Expulsion de nos deux Français, déclarés indésirables pour « activités illicites ».
Loin de la censure de Fulgencio Batista, Claude Julien livrera son reportage (vraiment approfondi) au Monde (publié entre le 13 et le 18 mai 58). Quant à J.L., à son retour à Paris, il fit publier chez Fasquelle son témoignage (faussement sommaire) « Viva Castro » (1959) au style « généreux et haut en couleurs ». Qui se laisse lire agréablement près de 60 ans plus tard. Il y a un bon zest de Graham Greene dans ce « Viva Castro »

Ils voulaient voir Fidel, ils n’ont pas vu Fidel. Ce n’est pas une raison pour ne pas les (re) lire !. Mais imaginez un instant le retour à Paris de nos deux Français, formés en « pool », avec dans leur musette un entretien commun avec Fidel Castro…La face de la cubanologie mondiale aurait été changée. (mp)

Les brèves de la semaine...

par Michel Humbert, Roger Grevoul le 5 mai 2017

Gibara, la nouvelle destination touristique de Cuba. Gibara est un port de la province d’Holguín dans l’est de Cuba. Le ministre du tourisme, Manuel Marrero Cruz, a présenté ce mardi, officiellement, devant une large représentation de tour-opérateur, de journalistes et de personnalités, la nouvelle destination touristique de Gibara, à l’occasion de la foire internationale du tourisme FITCuba-2017. Durant cet cérémonie de promotion le ministre a signé a signé un contrat entre le groupe national (...)

 

1 - Vous pouvez vous désinscrire de cette lettre d'information en suivant le lien ci-dessous ! Donc, s'il-vous-plaît, n'utlisez pas le bouton "Ceci est un Spam/Courrier indésirable" de votre logiciel de messagerie !
Ces derniers temps, de plus en plus de personnes utilisent ce bouton pour se désinscrire. Or, celui-ci équivaut à porter plainte pour Spam contre l'association et risque d'entraîner l'arrivée systématique dans le dossier "courriers indésirables", voire le rejet, de tous nos courriels  chez tous les destinataires à qui nous écrivons régulièrement !

2 - Vous devriez, dès-maintenant, ajouter le courriel newsletter@cubacoop.org à votre carnet d'adresses de messagerie ! Vous augmenterez ainsi vos chances de recevoir nos courriels dans votre boîte de réception au cas où plusieurs personnes cliquent sur le bouton "Ceci est un Spam/Courrier indésirable" !

merci de votre confiance et de votre soutien !

 

Vous êtes inscrit pour recevoir des nouvelles par mail de : Association Cuba Coopération France
Me désinscrire de cette Newsletter