« Le combat des amiantés, nous dit l'article, même après plusieurs revers essuyés l’an dernier, reste toujours le même. Faire reconnaître la responsabilité de leur employeur respectif dans le décès de plusieurs dizaines de collègues (cancer de la plèvre la plupart du temps), la maladie concernant beaucoup d’autres d’entre-eux et le préjudice d’anxiété qui en résulte chez ceux qui sont encore bien portants mais redoutent de développer un jour la maladie. Georges Arnaudeau, président de Allo Amiante et co-président de la Cavam (coordination des associations de défense de victimes de l’amiante et autres maladies professionnelles) n’hésite pas à parler "d’injustice", de "discrimination sociale" et d’inhumanité". "Nous en avons assez de voire nos amis et camarades rendus malades ou pire mourir à cause des ces poisons."

Reprenons les articles du blog...

Michel Peyret


Vivre de son Travail, Pas en Mourir ! BLOG de la CAVAM

Blog de la Coordination des Associations des Victimes de l'Amiante et de Maladies Professionnelles. La CAVAM

Les Brèves n° 102

28 Janvier 2017

Dans ces Brèves n° 102, nous allons aborder

- Rassemblement Régional à Bordeaux une réussite

- Victoire: EDF renonce

- Le CERADER 24 à Périgueux

- Mémoire des mineurs "L'épopée des gueules noires" et "Une vie après la mine" le 31 janvier sur France 2

 

La Vie Des Associations et des Régions

Rassemblement Régional Réussi à Bordeaux

Voir l'interview :http://www.dailymotion.com/-tb33 Télévision-Bordeaux Média France le procès

Article Publié par Sud Ouest 26 janvier 2017

Environ 550 manifestants contre l’amiante ce mercredi  A  l’appel d’un collectif d’associations, ils étaient plusieurs centaines à manifester ce mercredi matin entre la place de la République et le siège de l’Agence régionale de santé. Le préjudice d’anxiété de 48 cheminots était examiné ce mercredi matin par la cour d’appel de Bordeaux qui rendra sa décision le 23 mars prochain

Pour marquer le coup, environ 550 manifestants venus des cinq départements de l’ancienne Aquitaine s’étaient donnés rendez-vous, place de la République. Il y avait des anciens et des actuels d’EDF et la SNCF mais aussi ce la verrerie de Vianne (Lot-et-Garonne) ou de la papeterie de Mimizan (Landes).Les drapeaux de la CGT très en pointe sur ce combat flottaient au-dessus du cortège ou sur de nombreux chasubles vertes on pouvait lire "L’amiante tue" ou "Amiante poison".

Préjudice d’anxiété

Le combat des amiantés, même après plusieurs revers essuyés l’an dernier, reste toujours le même. Faire reconnaître la responsabilité de leur employeur respectif dans le décès de plusieurs dizaines de collègues (cancer de la plèvre la plupart du temps), la maladie concernant beaucoup d’autres d’entre-eux et le préjudice d’anxiété qui en résulte chez ceux qui sont encore bien portants mais redoutent de développer un jour la maladie.

Georges Arnaudeau, président de Allo Amiante et co-président de la Cavam (coordination des associations de défense de victimes de l’amiante et autres maladies professionnelles) n’hésite pas à parler "d’injustice", de "discrimination sociale" et d’inhumanité". "Nous en avons assez de voire nos amis et camardes rendus malades ou pire mourir à cause des ces poisons."

Voir l'interview :http://www.dailymotion.com/-tb33  Télévision-Bordeaux Média France le procès

La banderole du collectif SO

La banderole du Collectif du Grand Sud Ouest

 

A la sortie du tribunal, les manifestants se sont dirigés vers l'Agence Régionale Santé, où une délégation (un représentant de chacune des associations présentes et de la Cgt) ont fait le lien sanitaire avec l'aspect juridique: le Suivi Professionnel durant l'activité et le passage à la retraite - la mauvaise rédaction par les médecins, des documents indispensables à la réparation, les diagnostics des scanners, la double lecture qui posent  des difficultés, l'utilisation à tort de la carte vitale pour les victimes et les exposés. . .

Victoire EDF RENONCE

UNION LOCALE DES SYNDICATS CGT DE LA HAUTE-LANDE

Bourse du travail - 6 Place Bouyssou - 40110 - MORCENX

COMMUNIQUE de PRESSE :

SUCCÈS DES VICTIMES DE L’AMIANTE A EDF

Près de 600 manifestants de toutes professions se sont rassemblés ce 25 Janvier 2017 devant le tribunal de Bordeaux à l’appel du Collectif de Défense des Victimes de l’Amiante du Grand Sud-Ouest.

Nous avons accompagné solidairement quarante-huit collègues cheminots dont les dossiers de Préjudice d’Anxiété venaient en Cour d’Appel suite à la condamnation de la SNCF prononcée en 1ère instance par le Tribunal des Prud’hommes.

Ce rassemblement visait à dénoncer l’incompréhensible décision de la Cour de Cassation réservant le bénéfice du Préjudice d’Anxiété aux seules entreprises listées ACAATA par le Ministère du Travail. Les salariés d’EDF des anciennes centrales d’ARTIX dans le 64 et d’ARJUZANX dans le 40 ont eux aussi engagé des procédures similaires.

Suite aux plaidoiries contradictoires, le rendu du jugement de ce jour est renvoyé au 23 Mars 2017.

Concernant EDF, l’injustifiable revirement des Directions faisant appel des décisions des Tribunaux des Affaires de Sécurité Sociale, méprisant pour toutes les victimes, a été dénoncé avec virulence.

Grâce à la large mobilisation des victimes, les Directions se sont engagées de revenir sur leur Appel, concernant les cinq derniers jugements du T.A.S.S de Mont de Marsan le 7 novembre 2016.

Elles le font sous la pression et certainement dans un souci d’apaisement. EDF révèle sa générosité de façade qui cache sa persistance à vouloir remettre en cause l’engagement pris en 2004 par le Président d’EDF de l’époque François ROUSSELY de ne plus faire appel des décisions de Fautes Inexcusables.

Sollicité par les anciens d’Arjuzanx, ce dernier, aujourd’hui Président d’Honneur d’EDF, a indiqué qu’il confirme sa position, indiquant que les établissements n’ont aucune raison de la remettre en cause aujourd’hui.

Cela conforte notre conviction que les employeurs sont sensibles aux rapports de force créés. Notre succès ne sera total que si Jean Bernard LEVY, actuel Président d’EDF revient à la situation antérieure et confirme l’engagement initial de l’entreprise à « ne plus faire appel de toute décision des Tribunaux des Affaires de Sécurité Sociale concernant les contentieux de faute inexcusable ». C’est l’engagement de François Roussely qui doit être réitéré ce jour.

Si nous nous satisfaisons de la marche arrière opérée concernant les dossiers d’Arjuzanx, nous ne lâcherons rien sur les droits de l’ensemble des victimes de l’Amiante dont le MEDEF organise la régression.

Nous entendons poursuivre ce combat avec les organisations membres du Collectif Régional Amiante.

Morcenx, 25 Janvier 2017

Les Brèves n° 102

 

MEMOIRE DES MINEURS

"L'épopée des gueules noires" et "Une vie après la mine"

à  partir de 20 h 55 le 31 janvier prochain sur France 2

 

A ne pas manquer  . .