« Toujours à l’ouverture du Forum de Davos, nous dit Bertrand de Kermel, Klaus Schwab, a déclaré à la presse que depuis toujours il reste attaché à une forme de capitalisme de type «rhénan», « d’économie sociale de marché à l’allemande » (NDLR des années 50-80), où tous les « stake holders » (les parties prenantes, dont les salariés) sont pris en compte, et pas seulement les « stock holders » (les actionnaires). « J’ai fait adopter une déclaration dans ce sens dès 1973 », aime t-il à rappeler. Cette idée est intéressante car elle figure à l’article 3 du traité sur l’Union Européenne que l’on bafoue régulièrement au profit d’une forme d’économie dont les principaux défauts sont (toujours selon Klaus Schwab) : «la corruption, le court-termisme des acteurs et des mécanismes fondés sur la méritocratie qui, en tant que tels génèrent des gagnants et des perdants. Or, les premiers tendent à se désintéresser totalement des seconds ». D’où la nécessité de réformer ce capitalisme en revenant tout simplement aux fondamentaux du projet européen... »

Revenons à la lecture de l'article de Bertrand de Kermel...

Michel Peyret


Davos 2017 : « Il faut réformer le capitalisme ».

20 JANV. 2017 

PAR BERTRAND DE KERMEL

BLOG : LE BLOG DE BERTRAND DE KERMEL

En ouvrant la session 2017 du Forum Economique Mondial de Davos, son Président fondateur, Klaus Schwab a hissé la réforme du capitalisme au rang de défi pour cette année. Rappelons que le même Klaus Schwab avait qualifié la gestion de la mondialisation d'échec collectif dans une tribune publiée le jour de l'ouverture de la session 2014 du Forum. Ca fait beaucoup. Il faut faire quelque chose.

Davos 2017 : « Il faut réformer le capitalisme ».

 

En ouvrant la session 2017 du Forum de Davos, son Président Monsieur Klaus Schwab a publié la liste des cinq défis les plus urgents à relever :

Réagir face à la quatrième révolution industrielle, établir un système de gouvernance mondiale dynamique incluant toutes les parties prenantes, restaurer la croissance mondiale, réformer le capitalisme et restaurer la cohérence entre le monde des affaires et le reste de la société, et enfin, répondre à la crise d’identité de plus en plus prégnante, due à l’érosion des normes et le reste de la société .

Tout cela se passe dans un contexte explosif. Le journal La Tribune titrait Lundi :« décalage frappant entre le moral des entreprises et la défiance des citoyens à Davos ». Le même jour, l’ONG Oxfam, qui, chaque année à DAVOS, dénonce l’accroissement des inégalités sur la planète nous apprenait que huit personnes détiennent autant que la moitié la plus pauvre de l’humanité. Au sujet du capitalisme, rappelons enfin que le même Klaus Schwab avait déclaré en janvier 2014 que « la gestion des conséquences de la mondialisation est un échec collectif ». Il avait même ajouté : « au fond, le message des militants anti-mondialisation de la fin du siècle dernier était juste »!

Toutes les parties prenantes (Politiques, Société civile, Corps intermédiaires, Entreprises) doivent se saisir de ces défis. S’ils ne sont pas relevés, ils nous conduiront mécaniquement à de très graves désordres, si ce n’est à une guerre mondiale.

Prenons le défi N° 4, « Réformer le capitalisme et restaurer la cohérence entre le monde des affaires et le reste de la société », qui est en fait un prérequis pour résoudre les autres défis.

Dès son élection, le futur Président de la France pourrait inviter ses collègues chefs d’Etat à une conférence informelle, pour discuter de ce projet sur la base de deux points :

-      Où voulons-nous aller ?

-       Comment atteindre ce but ?

Où voulons-nous aller ? C’est assez simple.

Toujours à l’ouverture du Forum de Davos, Klaus Schwab, a déclaré à la presse que depuis toujours il reste attaché à une forme de capitalisme de type «rhénan», « d’économie sociale de marché à l’allemande » (NDLR des années 50-80), où tous les « stake holders » (les parties prenantes, dont les salariés) sont pris en compte, et pas seulement les « stock holders » (les actionnaires). « J’ai fait adopter une déclaration dans ce sens dès 1973 », aime t-il à rappeler. 

Cette idée est intéressante car elle figure à l’article 3 du traité sur l’Union Européenne que l’on bafoue régulièrement au profit d’une forme d’économie dont les principaux défauts sont (toujours selon Klaus Schwab) : «la corruption, le court-termisme des acteurs et des mécanismes fondés sur la méritocratie qui, en tant que tels génèrent des gagnants et des perdants. Or, les premiers tendent à se désintéresser totalement des seconds ». D’où la nécessité de réformer ce capitalisme en revenant tout simplement aux fondamentaux du projet européen, donc en appliquant à la lettre et dans son esprit le Traité européen. (Il sera intéressant de rendre publics les arguments de ceux des chefs d’Etats qui ne voudront pas en entendre parler).

Comment atteindre ce but ? C’est également simple, mais il faudra du courage et du charisme

Les solutions techniques sont connues et publiques. Elles concernent toutes les formes de dumpings (monétaires, sociaux, fiscaux et environnementaux), le strict respect des normes sociales et environnementales internationales, la participation aux bénéfices des salariés, la préservation des biens communs, (océans par ex), la transition énergétique et écologique, la réciprocité des échanges, et une évolution drastique des accords de libre échange, notamment pour mettre sur un pied d’égalité les clauses sur le commerce, l’environnement et le domaine social. Leur vice fondamental est d’être bâtis sur la base de ce fameux capitalisme qui est à réformer, lequel érige le commerce et l’investissement en projet et l’Homme en un simple moyen au service de ce projet.

Cela signifie qu’il faut geler provisoirement les négociations des accords bilatéraux en cours, notamment pour revoir les mandats donnés à la Commission européenne, qui sont la cause des défauts ci-dessus exposés.

On notera aussi avec intérêt l’idée émise par le Parlement Européen dans sa résolution du 25 novembre 2010, proposant un règlement européen  interdisant l'importation dans l'Union de biens produits par le biais de formes modernes d'esclavage, du travail forcé, notamment du travail forcé de groupes particulièrement vulnérables, en violation des normes fondamentales des droits de l'homme. Aucune suite.

Pourtant, cette solution est légale, puisque les droits de l’Homme tels que définis en 1948 à l’ONU ont une valeur juridique supérieure aux accords sur le commerce.

Dans sa résolution du 25 octobre 2016, le Parlement européen a également proposé la création d'un label d'identification volontaire au niveau de l'Union, attestant qu'aucune violation des droits de l’Homme n'a été commise lors des différentes étapes de la chaîne de fabrication des produits concernés.

Est-ce tout ? Non bien sûr. Mais commençons par cela. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

DERNIER COMMENTAIRE

TOUS LES COMMENTAIRES

20/01/2017 12:54 

PAR JACQUES DEPARIS

Quelqu'un de pas trop idiot aimait à dire qu'il ne fallait pas confier la résolution d'un problème à ceux qui l'on créé.

Je souscrit largement à cette préconisation.

Un système ne se réforme que pour lui-même et pour perdurer. Il me semble donc illusoire d'attendre, que de lui-même, le capitalisme devienne supportable à celles et ceux qui le subissent.