26 août 2016

Philippe Marlière, burkini, pourquoi cette obsession dans une certaine gauche ?

« Partant, interroge Philippe Marlière, pourquoi cette obsession, dans une certaine gauche, à vouloir réguler les choix “aberrants” de femmes musulmanes ? J’y vois une raison historique et une autre conjoncturelle : d’une part, la gauche française porte en héritage un profond anticléricalisme, voire un sentiment antireligieux, hérité de la période de la querelle entre la jeune république laïque et une Église catholique socialement influente. Une vulgate marxiste permet de justifier ce combat contre “l’opium du peuple” : le... [Lire la suite]
26 août 2016

Claude Morin, Fidel, construire et maintenir l'unité du peuple

« Le nationalisme cubain, nous dit Claude Morin, a été l’arme principale qu’a utilisée Fidel pour créer une cohésion sociale autour de la Révolution. Avec Fidel, Nation et Révolution ne formaient qu’un. Trahir la Révolution, c’était trahir la patrie. Fidel a proposé une lecture téléologique des grands moments qui ont scandé l’histoire de Cuba. Cette lecture consiste à considérer chaque moment révolutionnaire (1868, 1898, 1933, 1959) à lumière des autres, non seulement comme dépositaire d’expériences, mais comme destin national et... [Lire la suite]
26 août 2016

Chris Marsden, Léon Trotsky demeure une figure importante de la politique

« Même après des décennies, indique Chris Marsden, les écrits de Trotsky ont une importance immédiate. Il a non seulement prêté une attention particulière à la lutte de classe en Grande-Bretagne, mais il a aussi présenté l'évaluation la plus incisive et la plus cinglante du Parti travailliste et de son rôle en tant que défenseur de la domination capitaliste. Son œuvre classique, Où va la Grande-Bretagne? fut publié en 1925, juste un an avant que le Parti travailliste et le Congrès des syndicats (TUC) ne trahisse la Grève... [Lire la suite]
26 août 2016

Algérie, l'Esprit de la Soummam, la Révolution, la Nation algérienne

« Quoi qu’il en soit, rappelle Boukhalfa Amazit, la rébellion de 1954 s’est métamorphosée en une lame de fond qui allait foudroyer l’ordre colonial établi, bousculer sérieusement l’Etat colonialiste dans ses fondements. Un putsch militaire va installer de Gaulle, présenté comme le fils prodige, sur le trône de France. Il fera adopter une Constitution qui instaurera la Ve République. L’armée, colonne vertébrale de la République depuis Napoléon Bonaparte, est déstabilisée au point qu’une partie va désespérément tenter un coup de... [Lire la suite]