12 mars 2016

ICAN France, pour un monde exempt d'armes nucléaires

« Il est encourageant de constater qu’autant d’États ont répondu à l’appel et sont présents aujourd’hui. Nous déplorons l’absence de la France, et des 8 autres États qui possèdent des armes nucléaires. Le dialogue multilatéral nous semble le moyen le plus adapté pour atteindre notre objectif commun. C’est d’ailleurs ce qu’a rappelé notre Ambassadeur, représentant permanent de la France auprès de la Conférence du désarmement, il y a quelques semaines en affirmant que « pour progresser sur la voie d’un monde plus sûr pour tous et... [Lire la suite]
12 mars 2016

Manlio Dinucci, Italie, retour au passé colonial !

« Etats-Unis et France, indique Manlio Dinucci, -comme le prouvent les emails d’Hillary Clinton- décidèrent de bloquer « le plan de Kadhafi de créer une monnaie africaine », en alternative au dollar et au franc CFA. Pour cela et pour s’approprier le pétrole et le territoire libyens, l’Otan sous commandement étasunien lançait la campagne contre Kadhafi, à laquelle en Italie participait au premier rang l’ « opposition de gauche ». Elle démolissait ainsi par la guerre l’Etat libyen, en l’attaquant aussi de... [Lire la suite]
12 mars 2016

Manlio Dinucci, Hillary Clinton, l'Italie et la guerre...

« Pour l’intervention en Libye, nous dit Manlio Dinucci, c’est Hillary Clinton qui est en train de faire pression : candidate à la présidence, qui -écrit le New York Times dans un long service- a « l’approche la plus agressive envers les crises internationales ». C’est elle en 2011 qui persuada Obama de rompre les atermoiements. «Le Président signa un document secret, qui autorisait une opération secrète en Libye et la fourniture d’armes aux rebelles », tandis que le Département d’Etat dirigé par Clinton... [Lire la suite]
12 mars 2016

Manlio Dinucci, l'Italie dans le commerce des armes au Moyen-Orient

« Face à la dénonciation, indique Manlio Dinucci, que ces armes fournies par l’Italie sont utilisées par les forces aériennes saoudiennes et koweitiennes faisant des massacres de civils au Yémen, la ministre Pinotti répond : «Ne faisons pas devenir les Etats qui sont nos alliés dans la bataille contre l’Isis, des ennemis, ce serait un erreur très grave ». Ce serait surtout une « erreur » de faire savoir qui sont « nos alliés » saoudiens et koweitiens : des monarchies absolues où le pouvoir est... [Lire la suite]